Découverte de la zone humide des Rebeyrolles le 17 juin 2018 avec IFF

Prairies humides Rebeyrolles-couverture.jpg
Antonio | | Rubrique : Expériences-Locales

 

Dimanche 17 juin 2018, 10h, nous nous retrouvons dans la zone humide de Rebeyrolles, pour la dernière animation, année 2017-2018, d'IFF. Le temps est clément, nous aurons quelques nuages et du soleil, et pas une goutte de pluie !

Nous sommes une bonne douzaine à faire la promenade sous l'égide érudite et pluri-disciplinaire, botanique, entomologie, ornithologie, etc..., de Nathalie, secondée de celle de Gilles pour l'ornithologie, ainsi que celle de Didier en différents domaines, et celle de Dominique pour les chants d'oiseaux.

La marche se fait lentement, tant il y a à découvrir. Nathalie est harcelée de questions, aidée heureusement souvent pour les réponses par les autres savants, l'intérêt du groupe est grand, voire très enthousiaste.

Les insectes sont assez nombreux, de familles variées, ils sont nommés et photographiés en moult exemplaires, ainsi que les plantes dont on remarque la localisation spécialisée selon le type de terrain, totalement inondable, et ce fut bien le cas ces derniers temps, ou moins.

Les oiseaux chantent et sont ainsi déterminés par les connaisseurs. Le chant le plus remarquable étant celui de la bouscarle de Cetti (Cettia cetti), une fauvette aquatique de taille moyenne, à la voix très puissante et qui ne se laisse pas voir... Un héron cendré (Ardea cinerea) vole au-dessus d'une des prairies et après avoir tournoyé, se pose à la cime d'un arbre.

La grande surprise et plus beau cadeau de la matinée étant un très joli petit papillon, devenu fort rare, le cuivré des marais (Thersamolycaena dispar), dont nous pouvons observer en toute tranquillité une femelle qui s'est posée sur un végétal, déployant ses ailes et se chauffant ainsi au soleil. La chenille de ce papillon est inféodée pour sa nourriture à un type d'oseille, le Rumex hydrolapathum, ou patience d'eau, plante assez répandue, mais ne se trouvant que dans les zones humides.

Thersamolycaena dispar

 

 

La matinée a très vite passé, Brian et Helen nous rejoignent pour le déjeuner sorti des sacs, dégusté au soleil.

Nous avons une chance inestimable de pouvoir partager les connaissances de Nathalie, et je tiens particulièrement à l'en remercier. Il est juste fort dommage que nous soyons peu nombreux à partager cette curiosité et cet intérêt pour le monde animal et végétal avec qui nous partageons la vie.

Tavotte le 18 juin 2018

 

 


Commenter



retour haut de page


© 2015-2019 Isles de Flore et Faune - une association à caractère écologique. Tous droits réservés.